L'acier inoxydable

LES DIFFERENTS TYPES D’ACIERS INOXYDABLES

L’acier inoxydable est principalement un alliage de fer et de chrome contenant plus de 11% de chrome. On distingue les aciers suivants:

1. Les aciers austénitiques

Ils contiennent de 18 à 20% de chrome et de 8 à 10% de nickel. Non-magnétiques, ils ne seront donc pas attirés par un aimant. Les plus utilisés sont de types 18/8 ou 18/10 (AISI 304). Grâce à sa contenance en nickel, cet acier est le seul qui puisse donner toute garantie de résistance à la corrosion. Il est utilisé pour la fabrication des couverts haut-de-gamme en acier inoxydable.

2. Les aciers martensitiques

Ils contiennent de 10 à 18% de chrome et peuvent être trempés (c.à.d. durcis). Il s’agit du type d’acier le plus utilisé pour la fabrication des couteaux (AISI 420). En effet, pour obtenir des couteaux de bonne qualité, la lame doit être trempée afin de garantir un tranchant efficace et durable, sans toutefois attaquer la faïence ou la porcelaine.

Cet acier est le moins résistant à la corrosion. C’est pourquoi, lorsque les lave-vaisselles sont apparus, on déconseillait d’y placer les couteaux.

3. Les aciers ferritiques

Ils contiennent de 16 à 18 % de chrome mais ne peuvent être trempés. Ils résistent un peu mieux à la corrosion que les aciers martensitiques et peuvent être facilement travaillés à froid. L’AISI 430 est le plus utilisé dans la fabrication des articles ménagers bon marché.

Nous pouvons reconnaître ces deux derniers types d’aciers (martensitique  et ferritique) de par leur magnétisme. L’expérience des différents fabricants tend à prouver que ces deux aciers résistent bien aux lave-vaisselles mais sont très fragilisés quand certains facteurs néfastes sont réunis (voir chapitre 2 : l’oxydation).

Afin de diminuer les risques de corrosion, nous utilisons pour les couverts bon marché (acier ferritique - sans nickel) un acier à haute teneur en chrome (17-18 %). Plus cher, nous nous en servons pour la plupart des modèles de la collection Eternum. Pour les couteaux de la collection Eternum Signature nous employons un acier encore plus onéreux au chrome-molybdène.

Tous les aciers achetés par notre société sont rigoureusement contrôlés et accompagnés d’un Certificat d’Analyse garantissant le respect des normes de qualité.

De plus, nous utilisons un spectromètre nous permettant de contrôler la composition de l’acier, nous assurant ainsi de la conformité de l’acier des produits que nous mettons en circulation aux standards internationaux.

Concrètement, chaque analyse est précédée de l’étalonnage de la machine grâce à un étalon dont les teneurs sont parfaitement connues et certifiées. Les résultats de l’analyse et les différences mesurées par rapport à l’étalon permettent de vérifier avec certitude que l’acier utilisé correspond ou non aux normes en vigueur.

L’OXYDATION

Tout d’abord, il convient de faire remarquer que la corrosion ne dépend pas de la qualité de l’acier inoxydable. Afin de bien comprendre les mécanismes pouvant engendrer la corrosion, il est bon de savoir ce qui rend l’acier inoxydable.

Comme nous le savons maintenant, les aciers inoxydables sont des alliages dont le constituant principal est le fer. Ils sont rendus inoxydables grâce à un mécanisme d’auto-protection qui se manifeste en présence de l’oxygène ou d’un milieu oxydant (l’air ambiant).

Contrairement aux aciers courants dont la rouille, engendrée en surface, peut pénétrer toute la masse, les aciers inoxydables peuvent former à leur surface une couche d’oxyde de chrome, mince, continue et étanche, qui est un obstacle à la pénétration de l’oxydation. Ce phénomène, appelé « PASSIVATION », ne peut se produire que lorsque la teneur en chrome est suffisante.

En résumé, la résistance à la corrosion ne peut être maximale que si une très fine pellicule passive protectrice peut se former sans problème, sur la surface propre, par oxygénation libre.

Il est donc d’une importance capitale d’éviter ou d’éliminer tous les dépôts sur les couverts. Ces dépôts peuvent être de quatre types :

1. Restes de nourriture dûs à un mauvais nettoyage :

On peut généralement les éviter en rinçant les couverts avant de les placer dans le lave-vaisselle ; évitant ainsi que les restes de nourriture ne collent aux couverts.

2. Restes de nourriture par nouveau dépôt :

Dans ce cas, les couverts sont bien lavés pendant le cycle mais un mauvais rinçage n’élimine pas toutes les saletés qui se redéposent ainsi sur la vaisselle. Afin d’éviter ce type de dépôt, il convient de bien suivre toutes les conditions de lavage prescrites dans le manuel.

3. Dépôts calcaires :

Ce phénomène est courant quand la dureté de l’eau est trop élevée (eau trop calcaire) et peut être évité grâce à une installation adoucissante.

4. Dépôts dûs à une teneur trop élevée de sel dans l’eau :

Ceux-ci peuvent être évités à l’aide d’une installation de déminéralisation.

En dehors des dépôts, l’autre grande source de problèmes éventuels est la “dépassivation” de l’acier inoxydable. Comme nous l’avons vu, l’inoxydabilité est due à la présence en surface d’une couche passive d’oxyde de chrome. Il faut donc éviter de la mettre en contact avec des éléments susceptibles de l’activer en modifiant sa composition chimique. Citons les chlorures (sels), le fer (couvercles de pots de mayonnaise), l’argent et l’aluminium (dépôt d’aluminium sur l’acier donnant un effet mat).

Egalement, les aciers ferritiques (couverts au chrome sans nickel) et martensitiques (couteaux) sont également susceptibles d’être attaqués:

  • Par contact avec les acides culinaires (vinaigre, citron, sauce tomate, mayonnaise, etc.) ;
  • Par un mauvais dosage du produit de rinçage (le plus souvent à base d’acide citrique!) ;
  • Par un mauvais dosage du produit de lavage ;

En effet, la capacité des lave-vaisselles s’est accrue depuis leur apparition bien que la taille des ménages diminue. Dès lors, le temps  a augmenté entre le moment de mettre les couverts dans le lave-vaisselle et le lancement du nettoyage. Cela nécessite des produits de plus en plus agressifs afin de pouvoir décoller les restes de nourriture qui ont bien souvent séché pendant plusieurs jours. Rappelons que la passivation qui rend l’acier inoxydable s’effectue au contact de l‘air ambiant. Lorsqu’une tache se dépose sur un couvert, l’acier n’est plus en contact avec l’air et ne peut donc plus se protéger. Egalement, nous avons tous déjà vu la publicité vantant les mérites d’un produit x permettant de laver une grosse vaisselle avec très peu de produit. Il va de soi que pour pouvoir obtenir un meilleur résultat avec moins de produit, celui-ci est beaucoup plus agressif. De plus, nous avons tous tendance à utiliser la même quantité peu importe le produit. Le consommateur utilisera donc généralement bien plus de produit que ne l’indique la publicité. Un excès de produit attaquera certains aciers de façon visible et fragilisera la verrerie et la vaisselle (faïence, porcelaine).

  • Par un mauvais rinçage.

Les produits de lavage et de rinçage étant corrosifs, il est primordial que le rinçage s’effectue dans des conditions optimales. En effet, si de l’eau reste «emprisonnée» entre deux couverts ou couteaux, elle ne pourra s’évacuer et sera donc susceptible d’attaquer l’acier. On ne peut donc que conseiller de laver tous les couverts sans nickel et surtout tous les couteaux en position verticale afin de faciliter l’écoulement de l’eau.

Quelques conseils…

Voici quelques trucs et astuces à respecter pour éviter les mauvaises surprises :

  • Faites la vaisselle le plus vite possible après utilisation. Si ce n’est pas possible, rincez les couverts pour éviter le contact prolongé avec les acides culinaires ;
  • Veillez au bon fonctionnement de votre lave-vaisselle. Au besoin, faites le régler par votre technicien en fonction de votre eau de distribution (les réglages standards programmés en usine ne correspondent pas nécessairement à l’eau que vous utilisez) ;
  • Réduisez progressivement le dosage des produits de lavage et de rinçage jusqu’à atteinte la quantité minimale satisfaisante ;
  • Evitez le contact des couverts avec des articles en fer ou en argent ;
  • Retirez vos couverts du lave-vaisselle dès le séchage achevé (en général environ 15 minutes après la fin du cycle). Les laisser en étuve (atmosphère chaude et humide) est la pire des choses qui puisse leur arriver ;
  • N’utilisez jamais de produits trop agressifs (exemple : soude caustique), même pour des articles en acier 18/8 ou 18/10 ;
  • S’il subsiste des traces de poudre ou d’aliments sur vos couverts (et particulièrement les lames de couteaux et les couverts bon marché), rincez-les et essuyez-les. Pour enlever les taches qui se seraient produites :

- Soit frottez avec un produit d’entretien de l’inox, disponible en droguerie ;

- Soit frottez avec un coton imbibé de vinaigre, rincez abondamment et essuyez bien ;

- Soit coupez un oignon en deux, passez une des deux moitiés sur du sucre en poudre et frottez.

CONCLUSIONS

Nous espérons que la lecture de ce rapport vous aura familiarisé avec l’acier inoxydable et l’utilisation qui doit en être faite. Il est également disponible sous forme de livret que vous pouvez vous procurer sur simple demande : n’hésitez jamais à le remettre à votre clientèle. Suite à sa lecture, les problèmes parfois rencontrés avec des couverts économiques et avec les couteaux pourront facilement être évités.

Nous mettons en oeuvre toute notre expérience d’orfèvre depuis 1924 et utilisons les meilleurs matériaux pour vous offrir un produit du meilleur rapport qualité-prix possible. Le respect des conseils ci-dessus permettra à l’utilisateur de conserver les qualités intrinsèques de ses couverts.

N.B : Nous ne pouvons être tenus responsables des éventuels problèmes liés à une mauvaise utilisation.